Archives de catégorie : Le programme

RomanCe : le programme 2021-2023

L’ambition de RomanCe est d’étudier et de valoriser les processus et les rythmes de la romanisation en Région Centre-Val de Loire par l’intermédiaire de la recherche archéologique, en la rendant accessible aux habitants, jeunes et scolaires, et voyageurs. La romanisation pose des questions en termes de remplacement de population, de colonisation, d’intégration, de transferts culturels, d’assimilation et de résistance. Elle se fait par l’aménagement du territoire et la modification des modes de vie et par tout ce que les fouilles archéologiques et le mobilier qui en est issu, permettent de rendre visibles, mieux que les sources textuelles. Ce fonds archéologique, documentaire en quelque sorte, est particulièrement riche dans la région, avec les sites pour lesquels le projet se propose de continuer les recherches en renforçant la dynamique déjà acquise et avec ceux dont il propose d’initier la fouille. Le volume et la qualité de ces sites est exceptionnel à divers titres pour la Région: mobilier rarissime, vestiges remarquables (cave à amphores, four de potier, rempart), importance des réseaux de villae aristocratiques. Notre recherche est fondée délibérément sur trois exemples dont le statut politique et économique diffère, de manière à pouvoir apprécier toute la variété des modalités de fonctionnement de ces établissements, leur évolution et leur développement dans le centre de la France. Le projet RomanCe pourrait à terme et postérieurement à son achèvement, intégrer d’autres sites régionaux (Bourges, Chartres etc.). 

La Région Centre fait l’objet depuis le 19e siècle de l’attention des archéologues protohistoriens et romanistes, en raison notamment de la présence de quatre peuples gaulois importants à divers titres (Carnutes, Sénons, Bituriges,Turons). La singularité du projet est de mettre en valeur et de diffuser le potentiel inédit et trop méconnu des sites archéologiques ainsi que la richesse des populations des agglomérations et des villae, aux époques gauloise et gallo-romaine, par le moyen des fouilles, des prospections, des analyses physiques et chimiques, des études diverses et des productions interactives. Les bases de données créées tout au long du projet répondront aux règles en vigueur dans le domaine archéologique et s’appuieront sur les dispositifs déjà existant qui garantissent un accès large et pérenne; tous les partenaires ont toutes les compétences pour développer ces outils numériques. RomanCe entend aussi du point de vue des concepts, réfléchir à ce qu’est la romanisation de la Gaule celtique, telle qu’on peut la percevoir à partir des vestiges archéologiques, à ses formes, à ses rythmes, à ses acteurs et à la perception qu’on en a. Ces questionnements s’inscrivent dans la lignée des réflexions menées au niveau européen par un ensemble de chercheurs. 

En témoignent de nombreux PCR comme celui d’Amboise : les connaissances sur ce site sont suffisamment étayées pour permettre d’envisager la publication de ces données. Toutefois, diverses études sur le terrain et en laboratoire sont encore à mener, et le volume et la diversité de ces informations imposent de définir un cadre et une stratégie adaptée à ce travail. Pour faire face au défi que représente la publication d’une telle masse de données, un Projet Collectif de Recherche réunissant tous les spécialistes qui ont travaillé sur place depuis 10 ans a reçu un avis très positif de la direction scientifique et technique de l’Institut National pour les Recherches Archéologiques Préventives, qui est associé à ces recherches auxquels participera le projet RomanCe. L’oppidum d’Amboise est la plus vaste agglomération identifiée en Touraine pour la période de La Tène finale. La quantité et la qualité des vestiges mis au jour depuis des décennies permettent d’envisager qu’elle constitue un chef-lieu pour le territoire du peuple des Turons au Ier s. av. n.è. Les très nombreuses interventions réalisées sur place et leur étendue, nous permettent aujourd’hui de mener des réflexions concernant la densité et l’organisation des vestiges de cette période. On recense près de 90 opérations réalisées sur la commune, dont une soixantaine rien que dans l’enceinte de l’oppidum. Le site a été diagnostiqué sur une surface cumulée de 7,5 ha et plus d’un hectare a été fouillé. Il s’agit d’un cas de figure relativement unique à l’échelle du territoire national, car les oppida sont généralement éloignés des secteurs économiques actuels (et donc de l’archéologie préventive), ou bien se trouvent sous nos villes (et donc difficilement accessibles pour la recherche). Si des efforts ont été faits localement auprès du grand public, on constate que le site souffre encore aujourd’hui d’une méconnaissance, en raison de la rareté des publications qui lui ont été consacrées jusqu’à présent.

 

Les établissements ruraux de Batilly-en-Gâtinais et de Manchecourt, tous deux situés dans le Loiret, correspondent à des domaines aristocratiques de la fin de la période gauloise et de la période romaine. Le département du Loiret et la Beauce en particulier révèlent une densité de l’occupation rurale dès la fin de l’âge du Fer IIe et Ier siècle av. J.-C. La photographie aérienne montre que les établissements ruraux ne sont espacés la plupart du temps que de quelques centaines de mètres (moins d’un kilomètre en moyenne), ce qui dévoile une campagne extrêmement dense et activement exploitée. Si la Beauce est l’une des régions céréalières les plus importantes en France actuellement, cette réalité existe déjà dans l’Antiquité. Lorsque les auteurs romains indiquent que la Gaule est un des principaux greniers de l’Empire, c’est évidemment à des régions comme la Beauce qu’ils font allusion. Et l’archéologie confirme cette image. Ce que les textes antiques ne nous disent pas directement c’est que cette richesse du sol n’est pas liée à la conquête romaine, mais qu’elle existait déjà bien avant. La conquête de la Gaule était, en fait, avant tout une manière de mettre la main sur des richesses du sol. Si dans les textes antiques évoquant la Gaule, et repris par les érudits, historiens et archéologues depuis le XIXe siècle, les sites majeurs de Gaule sont les oppida, ces premières villes au nord des Alpes, à l’image d’Amboise ou de Châteaumeillant, la Gaule était avant tout un monde rural. Les grands aristocrates, appelés equites par César, et qui formaient les sénats dans les grandes civitates gauloises, étaient en premier lieu de grands propriétaires terriens. Batilly-en-Gâtinais et Manchecourt, sont ainsi de parfaits exemples de grands domaines ruraux, à la fois exploitation agricole, mais aussi résidence de ces grands aristocrates. Si l’on sait qu’en Italie, la grande majorité des sénateurs romains possédaient, en plus de leur domus en ville, l’équivalent des hôtels particuliers, de nombreuses terres contrôlées et exploitées à travers de grandes villae, tout porte à croire qu’il en était de même en Gaule.L’étude des campagnes à la fin de la période gauloise et au début de la période romaine n’a pas encore été réalisée à cette échelle en région Centre-Val de Loire. Il existe un certain nombre de projets qui ont fait progresser la question ces dernières années : le projet  ERC Rurland (M. Reddé), qui a débouché sur la publication de deux importants ouvrages aux éditions Ausonius (Gallia Rustica 1 et 2) s’est intéressé avant tout aux campagnes romaines dans l’Est de la Gaule. Les origines gauloises n’ont été traitées que marginalement. En Bourgogne, Pierre Nouvel a relancé un important programme de prospection aérienne en Bourgogne-Franche-Comté et en Champagne-Ardennes dont l’objectif est l’analyse des dynamiques territoriales, 

 et qui est complété par le Programme Collectif de Recherche « Ruralia », initié en 2019, et qui couvre également la Bourgogne, la Franche-Comté et la Champagne méridionale.

La communauté européenne des archéologues qui travaillent sur l’âge du Fer s’est constituée au cours du dernier demi-siècle. Deux initiatives françaises conjointes ont contribué fortement à cette dynamique : l’Association Française pour l’Étude de l’âge du Fer (AFEAF), qui organise chaque année depuis 1983 un colloque international sur l’âge du Fer européen et publie ses actes. Cette association forme un réseau de plusieurs centaines de chercheurs et d’étudiants bien au-delà des frontières françaises et joue un rôle moteur fondamental pour la diffusion de la connaissance à travers les thèmes abordés chaque année, adaptés à l’actualité archéologique européenne. La seconde initiative est la mise en place du « projet » du Mont Beuvray qui a soudé plusieurs générations de chercheurs et d’étudiants européens autour des fouilles archéologiques de l’oppidum de Bibracte. Les partenaires du projet RomanCe contribuent à ce réseau depuis plusieurs décennies et souhaitent inscrire RomanCe dans cette dynamique. Les colloques de l’AFEAF et les réunions annuelles de chercheurs au Mont Beuvray constitueront aussi des occasions régulières de présenter les découvertes de RomanCe.

RomanCe s’inscrit enfin dans un International Research Network (INR NEMESIS 2020) déposé au mois d’avril 2020 : De l’Atlantique à la Mer noire, territoires et sociétés européennes à l’âge du Fer (From the Atlantic to the Black Sea, European territories and societies in the Iron Age), dont l’objectif est de développer le réseau de recherche académique international existant autour d’une thématique commune pour faire émerger de nouveaux projets de haut niveau scientifique. Le consortium compte une vingtaine d’UMR dont Ausonius, Archimède et Iramat, associées à autant d’universités étrangères. 

Ainsi Romance s’inscrit dans une dynamique importante des études archéologiques sur la transition Âge du Fer- époque romaine, particulièrement prégnante en Région Centre. On peut citer la base de données CHImique en Paléosidérurgie (Base CHIPS), développée par l’Iramat, qui regroupe les données chronologiques et chimiques connues pour les centres de productions de fer brut d’époque protohistorique et antique dans la région. Les sites d’habitat pris en compte dans RomanCe se situent à proximité d’importants centre de production de ces époques. Mais RomanCe s’inscrit aussi dans un contexte riche en Région Centre-Val de Loire pour le croisement des données historiques et numismatiques (par exemple) avec les contextes archéologiques, effectué conjointement par le Cethis et Iramat dans deux programmes régionaux communs : l’APR IA AUREUS sur les usages économiques, sociaux et culturels de l’or monnayé en Occident du 4e s. av JC au 1er ap JC et l’APR IR ATMOCE sur la production des alliages cuivreux sur le territoire des Carnutes.

Les partenaires de RomanCe ont donc la pleine capacité pour mener à bien ce projet. Les partenaires académiques sont des archéologues qui travaillent depuis longtemps en Région Centre-Val de Loire. Ils sont auteurs d’ouvrages et d’études qui font référence dans leur domaine. Les partenaires non académiques sont impliqués dans les fouilles, les études, la diffusion et la valorisation de l’archéologie et connaissent parfaitement leur territoire. Tous souhaitent le développement des études archéologiques qui permettront la mise en valeur des sites et la mise à disposition d’une offre culturelle élargie. Sur le département du Loiret par exemple, RomanCe peut s’appuyer sur deux partenaires principaux : la Société Archéologique de la région de Puiseaux depuis une vingtaine d’années procède à des survols systématiques du nord du département, livrant une documentation d’une richesse exceptionnelle sur ces terroirs, qui sont particulièrement propices aux détections aériennes; et le service archéologique du département du Loiret, avec des travaux déjà en cours, comme les études autour du sanctuaire de Boiscommun, ou de l’habitat rural sur la commune de Saran qui permet de reposer la question des liens entre les agglomérations gauloises, comme Orléans-Cenabum, et leur environnement rural. Le partenariat avec Centre-Sciences qui a déjà l’expérience de la diffusion de la culture archéologique, permettra de renforcer le volet valorisation du projet, grâce aux réseaux déjà tissés par cet organisme. De même, afin de répondre de manière satisfaisante aux attentes que le projet pourra susciter en matière de valorisation du patrimoine archéologique, la Direction de la Culture et du Patrimoine de la Région sera intégrée au comité de pilotage du projet.

Les deux objectifs de RomanCe sont ainsi d’acquérir des connaissances sur une thématique archéologique et de diffuser cette culture scientifique tant à la communauté scientifique qu’à la population régionale de tous âges. En outre les visiteurs du château royal d’Amboise, ceux des caves de Châteaumeillant ou de Sancerre, ceux du Berry (maison de George Sand et pays du Grand Meaulnes), ceux de Bourges et de ses musées, etc. se verront offrir de nouvelles opportunités de visites.