Romanisation en Centre-Val de Loire : RomanCe

Les fouilles de cette année avec, en arrière-plan, le monticule de terre baptisé « Butte de César ».Le programme RomanCe concerne l’étude des processus de romanisation à l’œuvre dans la région Centre-Val de Loire au cours de l’Antiquité (IIe s. av. J.-C.- Ve s. ap. J.-C.). Il repose sur l’étude des territoires, des paysages urbains et ruraux, de l’évolution des structures sociales, économiques et politiques des populations de la fin de l’âge du Fer et de l’époque romaine. Grâce à leur richesse archéologique, plusieurs sites emblématiques de la région, en Berry, Touraine et Beauce, permettent d’aborder cette problématique. Les fouilles archéologiques récentes réalisées à Châteaumeillant (18), Amboise (37), Batilly-en-Gatinais (45) et celle de Manchecourt (45) initiées en 2019 ont permis de collecter un ensemble de données abondantes et remarquables, voire exceptionnelles pour Chateaumeillant et Amboise, qui s’intègrent parfaitement dans les grandes problématiques actuelles sur le plan régional, national et international européen. Ces sites sont donc intégrés dans le programme RomanCe, dans la mesure où leur potentiel archéologique permet de répondre à des questions fondamentales comme la caractérisation de l’occupation et de l’organisation du territoire, l’évolution des systèmes politiques antiques ainsi que les phénomènes de mobilité des populations et de transitions culturelles. Parallèlement aux recherches archéologiques conduites en complète synergie par nos équipes partenaires d’archéologues, d’archéomètres et d’historiens, le programme RomanCe inclut des actions de valorisation du patrimoine régional et intègre une formation professionnelle de haut niveau pour les étudiants français et étrangers. 

 

 

Châteaumeillant, Bibliographie des fouilles archéologiques 2001-2021

AUGIER L., KRAUSZ S. 2012 — Du complexe princier a l’oppidum : les modèles du Berry, dans Sievers, S. Die Frage der Protourbanisation in der Eisenzeit, Colloque AFEAF d’Aschaffenburg, Allemagne, Année 2008, p.167-192.

BOUCHET M., 2017 —La céramique de la fin de l’âge du Fer dans le Berry. Approche chronologique, culturelle et territoriale de la société des Bituriges (IIe-Ier s. av. J.-C.), supplément n°67 à la Revue Archéologique du Centre de la France.

BUCHSENSCHUTZ O, KRAUSZ S., RALSTON I. 2010 — Architecture et chronologie des remparts celtiques du Berry et du Limousin, in S. Fichtl (dir.), Murus celticus. Architecture et fonctions des remparts de l’âge du Fer, Actes de la table ronde organisée par l’UMR 7044 de Strasbourg, l’UMR 6173- CITERES de Tours et Bibracte, à Glux-en-Glenne les 11 et 12 octobre 2006. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2010, p. 297-313 (Bibracte ; 19) : 297-313.

Buchsenschutz, O., Krausz S. 2019— Agglomérations de plaine et oppida des Bituriges, Carnutes et Turons (IIIe-Ier s. av. J.-C.), in Fichtl S., Barral P., Pierrevelcin G., Schönfelder M. (dir.) : Les agglomérations ouvertes de l’Europe celtique (IIIe-Ier s. av. J.-C.), Table-ronde internationale, Glux-en-Glenne 28-30 octobre 2015, Strasbourg, Mémoires d’Archéologie du Grand Est, MAGE 4, p. 135-148.

DUFOUR J., KRAUSZ S. 2008— Jacques Gourvest (1933-1984) : de la Provence au Berry. In : KRAUSZ S. (dir.). — L’âge du Fer dans la boucle de la Loire : catalogue des expositions présentées par les musées de Saint-Amand-Montrond, Bourges et Châteaumeillant (Cher) du 14 avril au 29 septembre 2008. Tours : ARCHEA Éditions, 2008, p. 17-18, ill.

KRAUSZ S. 2004— Châteaumeillant-Mediolanum : un oppidum biturige. Nouvelles données sur la chronologie de l’habitat et de la fortification de type Fécamp. Bulletin – Association française pour l’étude de l’Age du Fer, 2004, 22, p. 21-24, bibliogr. (3 réf.).

KRAUSZ S. 2007— La topographie et les fortifications celtiques de l’oppidum biturige de Châteaumeillant-Mediolanum (Cher). Revue archéologique du centre de la France, mis en ligne le 08 avril 2008. URL : http://racf.revues.org//632

KRAUSZ S. 2007— Les remparts celtiques du centre de la France. In : BERROCAL RANGEL L. (éd.), MORET P. (éd.). — Paisajes fortificados de la Edad del Hierro : la murallas protohistóricas de la Meseta y la vertiente atlántica en su contexto europeo : actas del coloquio, Madrid, 2006. Madrid, Real Academia de la Historia et Casa de Velázquez, 2007, p. 135-147, 13 fig. (Bibliotheca Archaeologica Hispana ; 20).

KRAUSZ S. 2008— Des fortifications celtiques ou comment les Gaulois se sont-ils défendus contre les Romains ? In : Cadiou F., Magallon Botaya A., Navarro Caballero M. (dir.) : La guerre et ses traces dans la péninsule ibérique à l’époque de la conquête romaine : approches méthodologiques, Mesa-ronda sobre la guerra, Ausonius-Casa Velasquez de Madrid novembre 2007, Salduie n°8, année 2008, Zaragoza : 217-224.

KRAUSZ S., GERMINET D., BOUCHET M. 2008— Châteaumeillant-Mediolanum (Cher) : un nouveau programme de fouilles sur l’habitat. Bulletin – Association française pour l’étude de l’Âge du Fer, 2008, 26, p. 29-32, 4 fig., bibliogr. (5 réf.).

KRAUSZ S. 2008— Les oppida, premières villes des Bituriges Cubes. In : FICHTL S. (éd.). — Les Celtes et la Loire : Bourges, Orléans, Tours. Les Dossiers d’archéologie, 2008, 326, mars-avril, p. 38-43, ill.

KRAUSZ S. 2008— Châteaumeillant-Mediolanum, 150 ans de recherches archéologiques sur un oppidum des Bituriges Cubes. In : FICHTL S. (éd.). — Les Celtes et la Loire : Bourges, Orléans, Tours. Les Dossiers d’archéologie, 2008, 326, mars-avril, p. 50-55.

KRAUSZ S. 2008— Habitats et territoires à l’âge du Fer en Berry : des complexes princiers aux oppida. In : KRAUSZ S. (dir.). — L’âge du Fer dans la boucle de la Loire : catalogue des expositions présentées par les musées de Saint-Amand-Montrond, Bourges et Châteaumeillant (Cher) du 14 avril au 29 septembre 2008. Tours : ARCHEA Éditions, 2008, p. 29-32.

KRAUSZ S., RALSTON I., 2009 — Le siège d’Avaricum en 52 avant J.-C. ou comment les Gaulois se sont-ils défendus contre les Romains, in CHARDENOUX M.-B., KRAUSZ S., BUCHSENSCHUTZ O., VAGINAY M. (dir) L’âge du Fer dans la boucle de la Loire, Les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe colloque de l’Association pour l’Étude de l’Age du Fer (AFEAF), Bourges, 1er au 5 mai 2008, 35e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, p.145-155.

KRAUSZ S 2009 — L’oppidum de Châteaumeillant-Mediolanum (Cher), in CHARDENOUX M.-B., KRAUSZ S., BUCHSENSCHUTZ O., VAGINAY M. (dir) L’âge du Fer dans la boucle de la Loire, Les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe colloque de l’Association pour l’Étude de l’Age du Fer (AFEAF), Bourges, 1er au 5 mai 2008, 35e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, p.67-73.

KRAUSZ S. 2014 — Stratégie et défense des oppida celtiques : les remparts de guerre des Bituriges Cubi, in Buchsenschutz O., Dutour O., Mordant C. dir. : Archéologie de la violence et de la guerre dans les sociétés pré et protohistoriques, Congrès National du CTHS, Perpignan mai 2011, p.193-207

KRAUSZ S., 2016 — Des premières communautés paysannes à la naissance de l’État dans le Centre de la France : 5000-50 a.C., coll. Scripta antiqua, vol.86, Bordeaux.

KRAUSZ S., 2018 — L’art de la fortification celtique : architecture et ingénierie des systèmes défensifs, in : Menez Y., Villard-Le Tiec A. dir. Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, Actes du colloque AFEAF de Rennes, mai 2016, sous presse.

KRAUSZ S., 2019 —Gauls under siege: defending against Rome, in A. P. Fitzpatrick and C. Haselgrove dir. Julius Caesar’s Battle for Gaul: new archaeological perspectives, Oxbow books, Oxford, p.159-178.

KRAUSZ S., 2019 — Iron Age Fortifications in France, in G. Lock ant I. Ralston (ed.) Hillforts: Britain, Ireland and the Nearer Continent, Papers from the Atlas of Hillforts of Britain and Ireland Conference, June 2017, Archaeopress Archaeology, Oxford, p.165-187.

KRAUSZ S. et Millereux C. 2019 — Les fortifications celtiques de l’oppidum biturige de Châteaumeillant-Mediolanum (Cher), Bulletin de l’Association Française pour l’Étude de l’âge du Fer, n°37, 71-74.

KRAUSZ S. 2019— Julius Caesar’s assault ramp at the oppidum of Avaricum in 52 BC, in Tanja Romankiewicz, Manuel Fernández-Götz, Gary Lock and Olivier Buchsenschutz (dir.) Enclosing space, opening new ground : Iron age studies from Scotland to mainland Europe, Oxbow, p.23-31.

KRAUSZ S. 2020 : Le modèle politique des Bituriges, in Kysela, J., Pierrevelcin G. (dir.), Unité et diversité du monde celtique, Actes du 42e Colloque international de l’AFEAF, Prague (République Tchèque) 10 au 13 mai 2018, 2020, p.285-300.

KRAUSZ S. 2020 — Les Gaulois contre l’État, Études Celtiques, 46, p.7-26.

KRAUSZ S., MILLEREUX C. 2020 —Châteaumeillant (Cher), Le Paradis, Bilan régional du SRA Centre-Val-de-Loire 2018, p.44-46.

KRAUSZ S. et COULON G. 2021 — Le véhicule gallo-romain de Châteaumeillant (Cher), in : Raux S. (dir.) Les modes de transport dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Mobiliers d’équipement et d’entretien des véhicules terrestres, fluviaux et maritimes, Actes des Rencontres internationales Instrumentum, Arles, 14-16 juin 2017, 51-62.

Sous presse

KRAUSZ S. 2021 — La rampe d’assaut devant l’oppidum d’Avaricum en 52 a.C., Revue d’Histoire Militaire Antique.

Fujii H., KRAUSZ S., Olmer F., Mathe C., Vieillescazes C. 2021 —Analysis of organic residues from the oppidum of Châteaumeillant (Cher, France) by GC-MS, Journal of Culture Heritage, soumis.

KRAUSZ S. 2021— The Gauls against the State, in Morrison. W. (ed.) in prep/2020 Challenging preconceptions: essays in honour of Professor John Collis. Oxford: Archaeopress

HASELGROVE C., KRAUSZ S. 2021— Chapter 4 : The British Isles & the Near Continent’, in : Colin Haselgrove, P.S. Wells, K. Rebay-Salsbury (eds) The Oxford Handbook of the European Iron Age. Oxford: Oxford University Press, sous presse.

KRAUSZ S., BOUCHET M., MILLEREUX C., OLMER F. (dir.) BUCHSENSCHUTZ O., COMTE F., FUJII H., GAULTIER M., GIRARD B., GOUZON G., JAGU D. — Une cave à amphores, une statue en pierre et une tête coupée de la fin de l’âge du Fer à Châteaumeillant (Cher), Gallia, sous presse.

115. KRAUSZ S. — Le dernier rempart des Bituriges. La poliorcétique à la fin de l’âge du Fer à Châteaumeillant (Cher), Les espaces fortifiés à l’âge du fer en Europe, 43e colloque de l’AFEAF, Le Puy-en-Velay, 30 mai-2 juin 2019, sous presse.

114. KRAUSZ S. — Les remparts de l’âge du Fer ont-ils été construits pour la guerre ou pour la paix ? Les espaces fortifiés à l’âge du fer en Europe, 43r colloque de l’AFEAF, Le Puy-en-Velay, 30 mai-2 juin 2019, sous presse.

KRAUSZ S. 2022 — Qu’on me donne un point d’appui et j’ébranlerai la Terre : À la recherche des scientifiques chez les Celtes… in E. Hiriart, E. Meunier dir. : Mélanges offerts à BC…

L’hiver 52

France-Culture : Carbone 14, le magazine de l’archéologie par Vincent Charpentier

La porte du  Rebout au Mont-Beuvray (Nièvre) : reconstitution du murus gallicus de Bibracte , Capitale des Eduens
La porte du Rebout au Mont-Beuvray (Nièvre) : reconstitution du murus gallicus de Bibracte , Capitale des Eduens• Crédits : Antoine Maillier

Territpoire et oppida des Bituriges face à César au milieu du 1er s AC
Territoire et oppida des Bituriges
face à César au milieu du 1er s a.C.• Crédits : Cartographie Sophie Krausz

Tout ça n’vaut pas une fouille à Mediolanum !

France-Culture : CARBONE 14, LE MAGAZINE DE L’ARCHÉOLOGIE par Vincent Charpentier

le rempart de l'oppidum de Mediolanum (Châteaumeillant)
Le rempart de l’oppidum de Mediolanum (Châteaumeillant)• Crédits : © Vincent Charpentier

https://www.franceculture.fr/emissions/carbone-14-le-magazine-de-larcheologie/tout-ca-nvaut-pas-une-fouille-a-mediolanumhttps://www.franceculture.fr/emissions/carbone-14-le-magazine-de-larcheologie/tout-ca-nvaut-pas-une-fouille-a-mediolanum

Amboise (Indre-et-Loire)

Fouilles de l’oppidum d’Amboise-Ambacia : sous la direction de Jean-Marie Laruaz, responsable d’opérations au Service Archéologique d’Indre-et-Loire.

La masse de données accumulées depuis le XIXe s. à Amboise est considérable. L’ensemble des données antérieures à 2009 a été compilé dans le cadre d’une thèse soutenue à l’université de Tours (Laruaz 2009). Ce travail a permis de mettre en évidence les problématiques soulevées par le site concernant notamment sa chronologie et son statut. Depuis 2013, de nouvelles interventions d’archéologie préventive sont venues compléter les connaissances sur ce site, au travers de vastes fenêtres dans trois zones distinctes. Ce sont près de 7 000 m² qui ont été fouillés de manière cumulée. Les interventions ont permis de mettre en évidence la structuration de ces espaces et de caractériser leur profil d’occupation. Le mobilier extrêmement abondant qui a été mis au jour (plus de 80 000 tessons et plus de 2 000 monnaies en contexte) contribue largement à la définition du statut de ces trois zones. Les fouilles de la Butte de César, menées entre 2015 et 2017 dans le cadre de l’APR IR GaRom constituent un apport majeur à la compréhension de cette organisation. Il s’agit pour RomanCe de parfaire les recherches par des campagnes de vérifications sur le site de la Butte et d’étudier la masse énorme de mobilier mis au jour grâce à GaRom pour en permettre la restitution à la communauté scientifique et aux habitants. Le site d’Amboise gaulois et romain a donc été choisi en raison du caractère exceptionnel du site proche du château royal, permettant le développement de l’offre patrimoniale et culturelle de la ville, dont l’histoire commence dès l’Antiquité, Antiquité récupérée en partie par Léonard de Vinci lors de son séjour à Amboise.

L’intérêt et l’originalité des informations réunies au sujet de l’oppidum d’Amboise tiennent au fait qu’elles renseignent plusieurs secteurs de l’oppidum aux caractéristiques sensiblement différentes (domestique, artisanale, publique, commerciale). Ces données  permettent donc d’aborder des problématiques d’ordre spatial (caractérisation de chaque quartier) et d’autres transversales (caractérisation  de la chronologie et des fonctions de l’oppidum). Ce cas de figure ne concerne que moins d’une dizaine de sites comparables en Gaule. 

L’enjeu du projet est donc de disposer d’une documentation homogène, interopérable à l’échelle du site et au-delà, pour contribuer aux recherches sur les agglomérations gauloises. A terme, il s`agit d’aboutir à des publications (potentiellement dans les suppléments à la Revue Archéologique du Centre de la France). Les ouvrages devraient être accompagnés d’un support en ligne, constitué d’une base de données et d’un webmapping, qui permettra d’interroger la documentation à distance.

Les apports de la fouille de la Butte de César, menée entre 2015 et 2019, sont considérables. La réserve archéologique, située dans la partie sommitale et centrale du plateau, est le siège d’un tertre de 67 m de diamètre, partiellement conservé sur 7 m de hauteur. La fonction initiale de ce monument questionnait les savants depuis le XVIIe s. Les vestiges mis au jour ont permis de révéler la nature funéraire du monument et son antériorité par rapport à la ville gauloise et de l’identifier comme un tumulus princier du premier âge du Fer (entre 800 et 500av JC). Il est donc contemporain des tombes de la célèbre « princesse de Vix », fouillée dans les années 1950, et du « prince de Lavau » découvert récemment près de Troyes. Quelques siècles plus tard, la ville gauloise d’Ambacia est fondée sur le plateau. Le quartier qui se développe autour du tertre possède des caractéristiques très originales, puisqu’il est possible de restituer un ensemble architectural assez vaste avec une cour centrale empierrée, peut-être dédiée à des activités commerciales. De part et d’autre de cet ensemble ont été mis en vidence des activités liées au feu : au nord, un four de potier, exceptionnellement bien conservé, et au sud un atelier de métallurgie (travail  du fer et des alliages cuivreux). Les petits objets découverts depuis 2015 permettent en outre d’envisager la présence et la concentration C’est peut-être à Léonard de Vinci que l’on doit ce réemploi. On sait en effet qu’il avait été chargé par François Ier d’organiser une restitution de ses batailles en Italie, dans le cadre des commémorations de ses victoires.Enfin, les textes nous indiquent que cette parcelle était aménagée d’un pavillon et d’un jardin d’agrément dans le courant du XVIIIe s. Il est par ailleurs attesté que Louise de Bourbon, en était propriétaire, car l’ensemble a été vendu au titre des Biens Nationaux en 1798.

La documentation accumulée pendant GaRom est considérable en quantité, en qualité et en variété et les analyses doivent en être faites ou poursuivies, ce que permettra le projet RomanCe. L’abondant corpus céramique documente le répertoire turon entre  La Tène D2 et le 3e s. de notre ère. L’étude céramologique conjuguera les méthodes classiques de la céramologie, ainsi que les analyses biomoléculaires pour le contenu de cinq vases découverts en contexte votif, et des études de granulométries. Les nombreuses traces d’activités métallurgiques et la concentration originale de plusieurs objets en alliage, d’origine exogène, seront étudiées par métallographie. Certains objets sont des unicum  trouvés en contexte, à l’échelle nationale. Enfin le corpus monétaire s’élève à 910 occurrences ce qui est une forte densité, compte tenu de la surface fouillée. Le lot comprend aussi apparemment de nombreuses monnaies rares. Il faut donc prévoir la reprise de l’ensemble du lot pour en faire le catalogue complet avec photos, et une analyse globale et comparative. Des analyses métallographiques pourraient être nécessaires au sujet de certains exemplaires rares et inédits, brûlées. En complément, des analyses physico-chimiques pour les lingotières et les déchets en fer et en bronze pourraient être envisagées. Ces questions sont en relation avec les thématiques déjà abordées par l’IRAMAT, notamment dans le programme ATMOCE. La grande variété permettra de constituer un référentiel important pour la Touraine, et des comparaisons utiles pour les Carnutes. Notons enfin la mise au jour de 50 restes humains dans l’emprise de la fouille. Les restes crâniens sont surreprésentés (65 %), observation courante dans l’analyse des restes humains gaulois isolés en contexte d’habitat et qui semble renvoyer aux pratiques d’exposition de crânes. L’un des fragments, mis au jour dans un probable contexte particulier d’assemblage rituel, possède une trace probable d’enclouage. Des collaborations sont envisagées avec la plateforme CIRE (INRA Centre Val de Loire, CHRU de Tours) pour les acquisitions tomodensitométriques, de même que l’UMR 5199 PACEA (Université de Bordeaux) pour les acquisitions microtomodensitométriques et l’université d’Hambourg pour les analyses paléomécaniques des réponses osseuses aux manipulations post mortem. Ces collaborations étant ponctuelles, les institutions citées précédemment ne sont pas intégrées dans RomanCe, mais se disent absolument disponibles et intéressées. 

Batilly-en-Gâtinais (Loiret)

Fouilles de la résidence aristocratique de Batilly-en-Gâtinais : sous la direction de Stephan Fichtl, Professeur en Protohistoire européenne à l’université de Strasbourg

Les fouilles menées à Batilly-en-Gâtinais dans le cadre des universités de Tours et de Strasbourg déboucheront sur la publication d’une monographie de site. Parallèlement sera réalisé un film sur les fouilles, sous la direction de David Geoffroy (Court-Jus Production), réalisateur maintes fois primé lors des festivals de films archéologiques. Un site internet consacré à Batilly sera bientôt accessible à un large public.

3- La troisième opération est la mise en place d’un Programme Collectif de Recherche consacré au monde rural dans le Loiret, à la fin de l’âge du Fer et au début de l’époque romaine, qui permettra de replacer les études sur les deux établissements ruraux de Batilly et Manchecourt dans leur contexte régional. Ce PCR, s’il est accepté et tout en ayant un modeste financement propre, viendra renforcer la synergie de RomanCe en permettant d’intéresser de nouveaux partenaires à notre projet. L’accord de principe sur ce programme a été donné par le Service Régional de l’Archéologie.

Le Loiret a été choisi en raison de la densité des vestiges « ruraux », de la présence de chercheurs, notamment en archéologie aérienne. le département est donc emblématique. 

https://youtu.be/LHBi56ioF7E

Châteaumeillant (Cher)

Fouilles sur l’‘oppidum de Mediolanum : sous la direction de Sophie Krausz, Maître de conférences en Protohistoire européenne à l’université Bordeaux Montaigne.

L’oppidum de Châteaumeillant appartient à la cité des Bituriges dont les limites correspondent approximativement à celles des départements actuels du Cher, de l’Indre, auxquels il faut ajouter une partie de l’Allier et du Loir-et-Cher. Situé à environ 60 km de Bourges-Avaricum, capitale de ce territoire, le Mediolanum de la Table de Peutinger occupe une position privilégiée à l’extrémité sud du Berry, non loin des frontières des Arvernes et des Lémovices. L’oppidum est installé sur la partie la plus haute d’un promontoire rectangulaire de 60 ha. Orienté nord-sud, sa particularité est liée aux deux rivières parallèles qui l’encadrent, La Sinaise à l’ouest et La Goutte Noire à l’est. Découvert au XIXe s. par Émile Chénon, l’oppidum de Châteaumeillant a fait l’objet de fouilles archéologiques importantes dans les années 1950 et 1960. Les fouilles ont pu reprendre en 2001 grâce à l’acquisition de terrains par la commune de Châteaumeillant. La commune de Châteaumeillant a progressivement constitué une réserve archéologique pour préserver le site et permettre la réalisation de fouilles programmées. Située à l’extrémité sud de l’oppidum, cette réserve totalise aujourd’hui une surface de près de 6 ha. Elle constitue un espace protégé d’une grande valeur archéologique. De 2001 à 2018, les fouilles archéologiques programmées se sont concentrées dans la réserve archéologique, explorant l’habitat ainsi que l’imposante fortification de l’oppidum. Les fouilles ont révélé une occupation dense et continue qui commence aux environs des années 200 avant JC. Vers 150 av. J.-C., des cargaisons d’amphores italiques affluent à Châteaumeillant. Vers 100 av. J.-C., cette agglomération ouverte qui a pris de l’ampleur, s’enferme derrière un murus gallicus. L’oppidum de Châteaumeillant atteint alors son plus grand développement tout en soutenant le rythme des importations de vin italien. Au moment de la guerre des Gaules, le murus gallicus est renforcé par un énorme rempart massif précédé d’un fossé à fond plat de 45 m de large. L’oppidum de Châteaumeillant a-t-il fait partie des vingt villes bituriges brûlées sur l’ordre de Vercingétorix ? Les traces d’incendie observées dans l’habitat gaulois pourraient correspondre à cet événement historique qui survient au cours de l’hiver 52 av. J.-C.

Le quartier sud de l’oppidum témoigne d’une urbanisation progressive dès le milieu du IIe s. av. J.-C., transformant une agglomération ouverte en oppidum dans le même lieu. Dès l’origine, des ateliers artisanaux sont installés dans ce quartier, en particulier des potiers. Cette hypothèse s’appuie sur les découvertes de ratés de cuissons de céramiques, de scories métalliques, des débris de fours à coupole et des fours en place, enfin des lingotières en terre cuite liées à la métallurgie, l’orfèvrerie ou la frappe monétaire. L’activité potière semble avoir perduré depuis les années 108 av. J.-C. jusque dans le courant du Ier s. ap. J.-C. À l’époque romaine, d’autres artisans s’installent dans ce  secteur, pour tailler des bois de cervidé et travailler le verre. Au cours des fouilles réalisées, six puits ont été fouillés grâce à une plateforme mécanisée et sécurisée (EVEHA). La problématique liée à la fouille de ces puits concerne principalement l’approche de la gestion de l’eau et de la fonction de ces structures dans l’organisation générale des habitats successifs de Châteaumeillant. Creusées pour l’alimentation en eau dès la première occupation vers 200 av. J.-C., les puits ont parfois constitué le réceptacle de dépôts rituels. Dans le quartier sud de l’oppidum, ces dépôts ont continué au début de l’époque romaine et jusqu’au milieu du IIIe s. ap. J.-C. Les puits fouillés ont livré un très riche mobilier d’époque romaine, désormais exposé au musée Emile Chénon, qui bénéficiera d’études supplémentaires réalisées par l’Iramat.

Manchecourt (Loiret)

Fouilles de Manchecourt, Grange des Musereaux : sous la direction de Stephan Fichtl, Professeur de Protohistoire européenne à l’université de Strasbourg

 La première opération correspond à une fouille archéologique sur l’établissement rural de Manchecourt, la Grange des Musereaux, qui est un chantier-école des universités de Tours et de Strasbourg. Il s’agit d’un établissement rural gaulois fondé à la fin du IIe siècle av JC, qui se développe sous la forme d’une villa à l’époque romaine. L’intérêt du site réside dans son plan qui reste le même à travers ses trois siècles d’occupation. Il permet de confirmer que le plan des villae axiales à pavillons alignés, qui est le plan le plus répandu en France septentrionale, est bien d’origine gauloise. La fouille permettra de suivre la continuité de l’occupation du site à travers la conquête romaine. La taille du site, avec près de 12 ha, tant pour la période gauloise que pour la période romaine, en fait l’un des sites les plus importants du département du Loiret et de la cité antique des Sénons auquel il se rattache. Nous sommes pour les deux périodes en face d’un domaine d’une importante famille aristocratique gauloise, qui s’est lentement romanisé à la période romaine, intégrant tous les éléments de luxe que le nouveau mode de vie pouvait apporter.

Partenaires de RomanCe

Les partenaires académiques :

Coordinatrice du projet RomanCe : Sylvie Crogiez-Pétrequin, Professeur des universités, Université François Rabelais, Tours, EA 6298 CETHIS

Partenaires non académiques :

  • Centre-Sciences
  • Commune d’Amboise (37)
  • Service Archéologique Départemental d’Indre-et-Loire
  • Commune de Chateaumeillant (18)
  • Bourges-Plus (Service Archéologie – 18)
  • Service archéologique du Loiret (45)
  • Société archéologique de la région de Puiseaux