Amboise (Indre-et-Loire)

Fouilles de l’oppidum d’Amboise-Ambacia : sous la direction de Jean-Marie Laruaz, responsable d’opérations au Service Archéologique d’Indre-et-Loire.

La masse de données accumulées depuis le XIXe s. à Amboise est considérable. L’ensemble des données antérieures à 2009 a été compilé dans le cadre d’une thèse soutenue à l’université de Tours (Laruaz 2009). Ce travail a permis de mettre en évidence les problématiques soulevées par le site concernant notamment sa chronologie et son statut. Depuis 2013, de nouvelles interventions d’archéologie préventive sont venues compléter les connaissances sur ce site, au travers de vastes fenêtres dans trois zones distinctes. Ce sont près de 7 000 m² qui ont été fouillés de manière cumulée. Les interventions ont permis de mettre en évidence la structuration de ces espaces et de caractériser leur profil d’occupation. Le mobilier extrêmement abondant qui a été mis au jour (plus de 80 000 tessons et plus de 2 000 monnaies en contexte) contribue largement à la définition du statut de ces trois zones. Les fouilles de la Butte de César, menées entre 2015 et 2017 dans le cadre de l’APR IR GaRom constituent un apport majeur à la compréhension de cette organisation. Il s’agit pour RomanCe de parfaire les recherches par des campagnes de vérifications sur le site de la Butte et d’étudier la masse énorme de mobilier mis au jour grâce à GaRom pour en permettre la restitution à la communauté scientifique et aux habitants. Le site d’Amboise gaulois et romain a donc été choisi en raison du caractère exceptionnel du site proche du château royal, permettant le développement de l’offre patrimoniale et culturelle de la ville, dont l’histoire commence dès l’Antiquité, Antiquité récupérée en partie par Léonard de Vinci lors de son séjour à Amboise.

L’intérêt et l’originalité des informations réunies au sujet de l’oppidum d’Amboise tiennent au fait qu’elles renseignent plusieurs secteurs de l’oppidum aux caractéristiques sensiblement différentes (domestique, artisanale, publique, commerciale). Ces données  permettent donc d’aborder des problématiques d’ordre spatial (caractérisation de chaque quartier) et d’autres transversales (caractérisation  de la chronologie et des fonctions de l’oppidum). Ce cas de figure ne concerne que moins d’une dizaine de sites comparables en Gaule. 

L’enjeu du projet est donc de disposer d’une documentation homogène, interopérable à l’échelle du site et au-delà, pour contribuer aux recherches sur les agglomérations gauloises. A terme, il s`agit d’aboutir à des publications (potentiellement dans les suppléments à la Revue Archéologique du Centre de la France). Les ouvrages devraient être accompagnés d’un support en ligne, constitué d’une base de données et d’un webmapping, qui permettra d’interroger la documentation à distance.

Les apports de la fouille de la Butte de César, menée entre 2015 et 2019, sont considérables. La réserve archéologique, située dans la partie sommitale et centrale du plateau, est le siège d’un tertre de 67 m de diamètre, partiellement conservé sur 7 m de hauteur. La fonction initiale de ce monument questionnait les savants depuis le XVIIe s. Les vestiges mis au jour ont permis de révéler la nature funéraire du monument et son antériorité par rapport à la ville gauloise et de l’identifier comme un tumulus princier du premier âge du Fer (entre 800 et 500av JC). Il est donc contemporain des tombes de la célèbre « princesse de Vix », fouillée dans les années 1950, et du « prince de Lavau » découvert récemment près de Troyes. Quelques siècles plus tard, la ville gauloise d’Ambacia est fondée sur le plateau. Le quartier qui se développe autour du tertre possède des caractéristiques très originales, puisqu’il est possible de restituer un ensemble architectural assez vaste avec une cour centrale empierrée, peut-être dédiée à des activités commerciales. De part et d’autre de cet ensemble ont été mis en vidence des activités liées au feu : au nord, un four de potier, exceptionnellement bien conservé, et au sud un atelier de métallurgie (travail  du fer et des alliages cuivreux). Les petits objets découverts depuis 2015 permettent en outre d’envisager la présence et la concentration C’est peut-être à Léonard de Vinci que l’on doit ce réemploi. On sait en effet qu’il avait été chargé par François Ier d’organiser une restitution de ses batailles en Italie, dans le cadre des commémorations de ses victoires.Enfin, les textes nous indiquent que cette parcelle était aménagée d’un pavillon et d’un jardin d’agrément dans le courant du XVIIIe s. Il est par ailleurs attesté que Louise de Bourbon, en était propriétaire, car l’ensemble a été vendu au titre des Biens Nationaux en 1798.

La documentation accumulée pendant GaRom est considérable en quantité, en qualité et en variété et les analyses doivent en être faites ou poursuivies, ce que permettra le projet RomanCe. L’abondant corpus céramique documente le répertoire turon entre  La Tène D2 et le 3e s. de notre ère. L’étude céramologique conjuguera les méthodes classiques de la céramologie, ainsi que les analyses biomoléculaires pour le contenu de cinq vases découverts en contexte votif, et des études de granulométries. Les nombreuses traces d’activités métallurgiques et la concentration originale de plusieurs objets en alliage, d’origine exogène, seront étudiées par métallographie. Certains objets sont des unicum  trouvés en contexte, à l’échelle nationale. Enfin le corpus monétaire s’élève à 910 occurrences ce qui est une forte densité, compte tenu de la surface fouillée. Le lot comprend aussi apparemment de nombreuses monnaies rares. Il faut donc prévoir la reprise de l’ensemble du lot pour en faire le catalogue complet avec photos, et une analyse globale et comparative. Des analyses métallographiques pourraient être nécessaires au sujet de certains exemplaires rares et inédits, brûlées. En complément, des analyses physico-chimiques pour les lingotières et les déchets en fer et en bronze pourraient être envisagées. Ces questions sont en relation avec les thématiques déjà abordées par l’IRAMAT, notamment dans le programme ATMOCE. La grande variété permettra de constituer un référentiel important pour la Touraine, et des comparaisons utiles pour les Carnutes. Notons enfin la mise au jour de 50 restes humains dans l’emprise de la fouille. Les restes crâniens sont surreprésentés (65 %), observation courante dans l’analyse des restes humains gaulois isolés en contexte d’habitat et qui semble renvoyer aux pratiques d’exposition de crânes. L’un des fragments, mis au jour dans un probable contexte particulier d’assemblage rituel, possède une trace probable d’enclouage. Des collaborations sont envisagées avec la plateforme CIRE (INRA Centre Val de Loire, CHRU de Tours) pour les acquisitions tomodensitométriques, de même que l’UMR 5199 PACEA (Université de Bordeaux) pour les acquisitions microtomodensitométriques et l’université d’Hambourg pour les analyses paléomécaniques des réponses osseuses aux manipulations post mortem. Ces collaborations étant ponctuelles, les institutions citées précédemment ne sont pas intégrées dans RomanCe, mais se disent absolument disponibles et intéressées. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.