Châteaumeillant (Cher)

Fouilles sur l’‘oppidum de Mediolanum : sous la direction de Sophie Krausz, Maître de conférences en Protohistoire européenne à l’université Bordeaux Montaigne.

L’oppidum de Châteaumeillant appartient à la cité des Bituriges dont les limites correspondent approximativement à celles des départements actuels du Cher, de l’Indre, auxquels il faut ajouter une partie de l’Allier et du Loir-et-Cher. Situé à environ 60 km de Bourges-Avaricum, capitale de ce territoire, le Mediolanum de la Table de Peutinger occupe une position privilégiée à l’extrémité sud du Berry, non loin des frontières des Arvernes et des Lémovices. L’oppidum est installé sur la partie la plus haute d’un promontoire rectangulaire de 60 ha. Orienté nord-sud, sa particularité est liée aux deux rivières parallèles qui l’encadrent, La Sinaise à l’ouest et La Goutte Noire à l’est. Découvert au XIXe s. par Émile Chénon, l’oppidum de Châteaumeillant a fait l’objet de fouilles archéologiques importantes dans les années 1950 et 1960. Les fouilles ont pu reprendre en 2001 grâce à l’acquisition de terrains par la commune de Châteaumeillant. La commune de Châteaumeillant a progressivement constitué une réserve archéologique pour préserver le site et permettre la réalisation de fouilles programmées. Située à l’extrémité sud de l’oppidum, cette réserve totalise aujourd’hui une surface de près de 6 ha. Elle constitue un espace protégé d’une grande valeur archéologique. De 2001 à 2018, les fouilles archéologiques programmées se sont concentrées dans la réserve archéologique, explorant l’habitat ainsi que l’imposante fortification de l’oppidum. Les fouilles ont révélé une occupation dense et continue qui commence aux environs des années 200 avant JC. Vers 150 av. J.-C., des cargaisons d’amphores italiques affluent à Châteaumeillant. Vers 100 av. J.-C., cette agglomération ouverte qui a pris de l’ampleur, s’enferme derrière un murus gallicus. L’oppidum de Châteaumeillant atteint alors son plus grand développement tout en soutenant le rythme des importations de vin italien. Au moment de la guerre des Gaules, le murus gallicus est renforcé par un énorme rempart massif précédé d’un fossé à fond plat de 45 m de large. L’oppidum de Châteaumeillant a-t-il fait partie des vingt villes bituriges brûlées sur l’ordre de Vercingétorix ? Les traces d’incendie observées dans l’habitat gaulois pourraient correspondre à cet événement historique qui survient au cours de l’hiver 52 av. J.-C.

Le quartier sud de l’oppidum témoigne d’une urbanisation progressive dès le milieu du IIe s. av. J.-C., transformant une agglomération ouverte en oppidum dans le même lieu. Dès l’origine, des ateliers artisanaux sont installés dans ce quartier, en particulier des potiers. Cette hypothèse s’appuie sur les découvertes de ratés de cuissons de céramiques, de scories métalliques, des débris de fours à coupole et des fours en place, enfin des lingotières en terre cuite liées à la métallurgie, l’orfèvrerie ou la frappe monétaire. L’activité potière semble avoir perduré depuis les années 108 av. J.-C. jusque dans le courant du Ier s. ap. J.-C. À l’époque romaine, d’autres artisans s’installent dans ce  secteur, pour tailler des bois de cervidé et travailler le verre. Au cours des fouilles réalisées, six puits ont été fouillés grâce à une plateforme mécanisée et sécurisée (EVEHA). La problématique liée à la fouille de ces puits concerne principalement l’approche de la gestion de l’eau et de la fonction de ces structures dans l’organisation générale des habitats successifs de Châteaumeillant. Creusées pour l’alimentation en eau dès la première occupation vers 200 av. J.-C., les puits ont parfois constitué le réceptacle de dépôts rituels. Dans le quartier sud de l’oppidum, ces dépôts ont continué au début de l’époque romaine et jusqu’au milieu du IIIe s. ap. J.-C. Les puits fouillés ont livré un très riche mobilier d’époque romaine, désormais exposé au musée Emile Chénon, qui bénéficiera d’études supplémentaires réalisées par l’Iramat.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.